premiere


Dossier spécial Art & Horlogerie - Rolex - Renouer avec la transmission

December 2012


Quel plateau! Imaginez côte à côte écrivains, cinéastes, hommes de théâtre, musiciens, danseurs, artistes, plasticiens comme John Baldessari, Tahar Ben Jelloun, Trisha Brown, Sir Colin Davis, Anne Teresa De Keersmaeker, Brian Eno, Hans Magnus Enzensberger, William Forsythe, Stephen Frears, Sir Peter Hall, David Hockney, Rebecca Horn, Anish Kapoor, Jiří Kylián, Toni Morrison, Mira Nair, Youssou N’Dour, Jessye Norman, Martin Scorsese, Peter Sellars, Álvaro Siza, Wole Soyinka, Julie Taymor, Saburo Teshigawara, Kate Valk, Mario Vargas Llosa, Robert Wilson, Zhang Yimou ou encore Pinchas Zukerman. Qu’est-ce qui les réunit, au-delà des continents et de leurs pratiques respectives? Tous ont été des Mentors du programme Mentor & Protégé Arts Initiative de Rolex.

Eduardo Fukushima (danse): choisi par Lin Hwai-min (Taïwan)
Eduardo Fukushima (danse):
choisi par Lin Hwai-min (Taïwan)
Le danseur et chorégraphe brésilien Eduardo Fukushima, 28 ans, a obtenu en 2011 un diplôme en communication des arts du corps de l’Université pontificale catholique de São Paulo et s’est formé auprès de plusieurs des grands noms de la danse contemporaine au Brésil. En 2004, il créait sa première pièce en solo. Plus récemment, il a été acclamé pour Entre Contenções (Entre les contentions) et Como superar o grande cansaço? (Comment surmonter la grande fatigue?). Ces deux pièces reflètent son travail de recherche à partir du geste et du mouvement.
Sara Fgaier (cinéma): choisie par Walter Murch (Etats-Unis)
Sara Fgaier (cinéma):
choisie par Walter Murch (Etats-Unis)
La monteuse italienne Sara Fgaier, 29 ans, a étudié l’histoire du cinéma à l’Université de Bologne, apprenant son métier en autodidacte. Son premier film en tant que monteuse fut La bocca del lupo (La gueule du loup, 2009) de Pietro Marcello, documentaire d’une poésie envoûtante, plusieurs fois primé, auquel elle a aussi collaboré en tant que recherchiste d’archives et première assistante du réalisateur. En 2011, elle a monté Il silenzio di Pelesjan, toujours de Pietro Marcello, et Il treno va a Mosca, de Michele Manzolini et Federico Ferrone.

Initié en 2002, ce programme unique en son genre vise, selon Rolex, à “contribuer à la culture globale”. Une initiative qui s’inscrit dans le droit fil du credo de la marque: “encourager l’excellence individuelle”. Un credo qui trouve son application aussi bien au niveau publicitaire – avec les nombreuses annonces mettant en scène depuis des dizaines d’années des personnalités reconnues dans le monde entier pour leurs accomplissements dans leur domaine respectif – que dans le programme désormais célèbre Rolex Awards for Enterprise. Un programme qui, depuis plus de 35 ans, soutient des initiatives personnelles innovantes, dans le monde entier, visant à “améliorer les conditions de vie ou protéger l’héritage naturel et culturel” de notre planète. Depuis son lancement en 1976, les Rolex Awards, qui sont attribués tous les deux ans, ont reçu 30’000 dossiers en provenance de 154 pays et ont récompensé 120 lauréats.

Le Rolex Mentor & Protégé Arts Initiative est en quelque sorte le petit frère de ces Rolex Awards. Mais son champ d’action touche uniquement à la culture. Cette année, à la danse, au cinéma, à la littérature, à la musique et aux arts visuels est venue s’adjoindre l’architecture. Tous les deux ans, un nouveau comité composé d’artistes et de praticiens de renommée mondiale établit une liste de mentors potentiels pour chaque discipline. Ceux-ci sont approchés par Rolex et, dès leur accord obtenu, un profil de protégé idéal – soit un jeune artiste - est établi conjointement avec eux. Ce profilage est important car le mentor devra consacrer au minimum six semaines de son précieux temps à son protégé.

Naomi Alderman (littérature): choisie par Margaret Atwood (Canada)
Naomi Alderman (littérature):
choisie par Margaret Atwood (Canada)
L’auteure britannique Naomi Alderman, 37 ans, diplômée d’Oxford en 1996, a obtenu en 2003 une maîtrise en écriture créative de l’Université d’East Anglia. Trois ans plus tard, elle publiait son premier roman, Disobedience (La Désobéissance), description des tensions et des compromis entre religion et vie moderne, qui lui a valu l’Orange Award for New Writers en 2006 et le titre de «jeune écrivain de l’année» du Sunday Times en 2007, et qui est traduit en dix langues. Deux autres romans ont suivi: The Lessons (Mauvais genre), en 2010, qui analyse le pouvoir et les pièges de la richesse, et The Liars’ Gospel (à paraître), Jésus vu par les yeux des Pharisiens. Naomi Alderman est aussi auteure de jeux vidéo et co-auteure de la récente et très populaire application pour iPhone Zombies, Run!, une aventure audio pour joggers.
Dina El Wedidi (musique): choisie par Gilberto Gil (Brésil)
Dina El Wedidi (musique):
choisie par Gilberto Gil (Brésil)
L’auteure-compositrice-interprète égyptienne Dina El Wedidi, 24 ans, a commencé très jeune à écrire des chansons et a poursuivi cette activité pendant ses études universitaires de langues orientales au Caire. Ses paroles sont nourries par les grands enjeux qui animent le débat politique en Egypte. De 2007 à 2010, Dina a été chanteuse et actrice dans la compagnie de théâtre El Warsha, occasion pour elle d’explorer le folklore égyptien et de se produire dans des lieux aussi insolites qu’une prison du Caire. Elle a aussi chanté un répertoire égyptien et arabe classique avec l’ensemble Habayebna de 2009 à 2010, avant de créer son propre groupe en 2011.

De son côté, les futurs protégés ne peuvent pas faire directement acte de candidature. Pour chaque discipline se réunit un panel d’experts qui identifie parmi les jeunes artistes du monde entier un certain nombre d’entre eux à qui il propose de soumettre leur candidature. Après examen par le panel, trois protégés potentiels sont proposés à chaque mentor qui les reçoit individuellement avant de faire son propre choix final. Ce choix personnel est à la base même de la notion de tutorat. Car, à la différence d’un enseignement académique allant dans un seul sens, de haut en bas, il s’agit plus ici d’un véritable échange, d’un dialogue entre générations et culture qui vise avant tout à aider le protégé à développer et affirmer son propre langage, plus qu’à reproduire un exemple, aussi inspirant soit-il.

Financièrement parlant, chaque protégé retenu reçoit 25’000.- CHF pour son année de tutorat, et une prise en charge de ses frais et dépenses de voyage. A la fin de l’année, chaque protégé est habilité à recevoir une somme additionnelle de 25’000.- CHF à consacrer à un nouveau projet spécifique. De son côté, chaque mentor reçoit une somme forfaitaire de 50’000.- CHF pour sa participation au programme.

Michal Borczuch (art dramatique): choisi par Patrice Chéreau (France)
Michal Borczuch (art dramatique):
choisi par Patrice Chéreau (France)
Le metteur en scène de théâtre polonais Michal Borczuch, 32 ans, est titulaire de maîtrises de l’Académie des beaux-arts et de l’Ecole d’art dramatique de Cracovie, où il enseigne. Depuis 2005, il a signé des mises en scène dans des théâtres polonais et des festivals culturels internationaux, commençant par des œuvres de dramaturges polonais modernes pour se diriger ensuite vers les classiques. Il est connu pour des pièces d’avant-garde qui bousculent souvent les tendances et les goûts populaires. Parmi ses adaptations récentes figurent Brand. Miasto. Wybrani (Brand. Ville. Les élus) et Hans, Dora i Wilk (Hans, Dora et l’homme aux loups), inspirée de Sigmund Freud.
Mateo López (arts visuels): choisi par William Kentridge (Afrique du Sud)
Mateo López (arts visuels):
choisi par William Kentridge (Afrique du Sud)
L’artiste visuel colombien Mateo López, 33 ans, a obtenu un diplôme de beaux-arts à l’Université des Andes, après avoir étudié l’architecture pendant un an à l’Université Javieriana. Ce parcours l’a amené à concevoir le dessin en termes de temps et d’espace, en intégrant constamment la troisième dimension. Il est connu pour planter son studio dans des lieux publics et - marque de fabrique de ses installations - pour utiliser dans son travail des souvenirs de ses voyages personnels. Le Musée d’art moderne de New York a acquis son installation Viaje sin movimiento (Voyage sans mouvement).

Nouveauté cette année, l’entrée en scène de l’architecture. Le mentor choisi pour cette discipline est Kazuyo Sejima. Tout auréolée du récent Pritzker Prize, le “Nobel” de l’architecture qu’elle a reçu avec son collègue Ryue Nishizawa avec qui elle a fondé l’agence Sanaa, à Tokyo, Kazuyo Sejima est une des figures les plus marquantes de l’architecture contemporaine. Avec son agence Sanaa, elle a récemment réalisé le Rolex Learning Center de l’Ecole polytechnique de Lausanne, une “bibliothèque du futur” en forme de longue vague, dont l’horloger a été le principal sponsor privé. Le protégé qu’elle aura choisi – un processus encore en cours au moment où nous rédigeons cet article - sera appelé à travailler avec elle au projet Home for All qu’elle a lancé avec d’autres fameux architectes japonais qui vise à offrir une réponse concrète à la crise du logement consécutive au tsunami qui a frappé les côtes japonaises en 2011.

Kazuyo Sejima et le Rolex Learning Center (EPFL)
Kazuyo Sejima et le Rolex Learning Center (EPFL)

Kazuyo Sejima rejoint ses collègues des autres disciplines qui, pour cette édition en cours sont Margaret Atwood (littérature), Patrice Chéreau (art dramatique), Gilberto Gil (musique), William Kentridge (arts visuels), Lin Hwai-min (danse) et Walter Murch (cinéma).

Source: Europa Star Première Vol.14, No 6

Voir les autres articles dans le dossier spécial Art & Horlogerie: