160. premiere


En couverture d’Europa Star Août/Septembre No 320 4/2013:
Jaeger-LeCoultre - 180 ans d’horlogerie enracinée dans l’excellence et l’innovation

August 2013


L’histoire de la Manufacture Jaeger-LeCoultre, qui célèbre cette année ses 180 ans, est intimement liée à l’histoire d’un lieu: la Vallée de Joux. C’est dans cette très froide et alors inhospitalière vallée du Jura suisse, sise à plus de 1’000 mètres d’altitude et peuplée d’ours et de loups, que s’installe en 1559 un certain Pierre LeCoultre. L’homme est un réfugié hugenot qui a fui les persécutions religieuses. Il fonde dans ces terres glacées une petite communauté qui fait souche. Son fils bâti un temple en 1612 qui marque la naissance du village du Sentier.

Près de deux siècles plus tard, en 1803, naît un de ses descendants directs, Antoine LeCoultre. Sa famille possède une petite forge familiale. Aux côtés de son père, le jeune Antoine se passionne pour la métallurgie, invente de nouveaux alliages, perfectionne les lames vibrantes des boîtes à musique, s’essaie à la fabrication de rasoirs. Le jeune homme a en tête des idées de progrès, il cherche à confronter ses connaissances empiriques au savoir scientifique en plein essor. Il se tourne alors vers l’expression la plus noble de la métallurgie et des arts mécaniques: l’horlogerie.

1833 est la date-clé. Antoine LeCoultre vient d’inventer une machine révolutionnaire qui permet de tailler les pignons horlogers. Il décide alors d’ouvrir son premier atelier, sis tout naturellement dans le village fondé par son ancêtre, Le Sentier. Méthodiquement, scientifiquement, il va acquérir les principaux savoir-faire horlogers. Pour parvenir à fabriquer rationnellement un mouvement horloger, il va inventer de nombreuses machines dont, en 1844, le Millionomètre: c’est le premier instrument de l’histoire des techniques capable de mesurer le micron. Un pas de géant est franchi dans le domaine de la précision et, en 1866, l’atelier devient la première Manufacture horlogère de la Vallée de Joux. Pour la première fois sont rassemblés sous un même toit des savoir-faire jusqu’alors dispersés en plusieurs centaines de petites structures de production à domicile. Connaissances, secrets de métier, techniques peuvent s’échanger et se féconder mutuellement, permettant la mise au point des premiers procédés partiellement mécanisés de fabrication de mouvements compliqués. A sa mort en 1881, son fils Elie reprend le flambeau de ce qui, désormais, est surnommé “La Grande Maison”, sous les toits de laquelle travaillent déjà près de 500 personnes. De 1860 à 1900, la Manufacture crée plus de 350 calibres différents! La moitié comporte des complications: 99 répétitions différentes dont 66 répétitions minutes, 128 chronographes, 33 calibres réunissant dans un même garde-temps le chronographe et la répétition. Et à partir des années 1890, la Manufacture fabrique ses premières Grandes Complications, soit des montres contenant trois complications horlogères majeures : quantième perpétuel, chronographe et répétition minutes.

En couverture d'Europa Star Août/Septembre No 320 4/2013: Jaeger-LeCoultre - 180 ans d'horlogerie enracinée dans l'excellence et l'innovation

Le début du XXIème siècle voit une accélération des innovations
Aujourd’hui, la Grande Maison, toujours sise au même endroit, emploie plus de 1’000 personnes, maîtrise 180 savoir-faire horlogers ainsi que plus de 20 technologies avancées. La liste de ses réalisations est bien trop longue pour être exposée ici en détail. Devenue Jaeger-LeCoultre au début du XXème siècle, suite à la rencontre entre l’horloger de la Marine parisien Edmond Jaeger et le petit-fils du fondateur, Jacques-David LeCoultre, elle va multiplier les oeuvres pionnières et les réalisations d’avant-garde: montre la plus plate du monde, équipée du Calibre LeCoultre 145 (1,38mm de hauteur), montre Duoplan (1925), Calibre 101, plus petit mouvement mécanique jamais réalisé (1929), pendule perpétuelle Atmos (1931), montre Reverso, qu’on ne présente plus (1931), montre automatique à sonnerie réveil Memovox (1956), première montre de plongée automatique à réveil Memovox Deep Sea (1959), création de la ligne Master Control, soumise à 1’000 heures de très rigoureux tests individuels (1992)...

Cette suite ininterrompue de jalons horlogers connaît même une accélération depuis le début du XXIème siècle: à ce jour, plus de 75 nouveaux calibres ont été réalisés depuis l’an 2000 et plus de 80 nouveaux brevets déposés: grandes complications, tourbillons, répétitions minutes, chronographes, quantième perpétuels, 15 jours de réserve de marche, premier calibre dépourvu de lubrifiant, etc. Des montres ultra-compliquées, des créations de haute joaillerie, autant de références de la grande horlogerie du XXIème siècle, qui ont pour nom Atmos Mystérieuse (2003), Gyrotourbillon 1 (2004), Reverso grande complication à triptyque (2006), Master Compressor Extreme Lab 1 (2007), Reverso Gyrotourbillon 2 (2008), Duomètre à Grande Sonnerie (2009), Master Grande Tradition Grande Complication (2010), Reverso Répétition Minutes à Rideau (2011), Duomètre Sphérotourbillon (2012).

 Collection Jubilee, en hommage à Antoine Lecoultre

L’an 2013 marquant les 180 ans du début de cette incroyable saga et de cette incessante quête de l’excellence horlogère, une collection spéciale Jubilée “Hommage à Antoine LeCoultre” s’imposait de toute évidence.

Cette collection propose trois montres aux caractéristiques exceptionnelles qui mettent en évidence trois des domaines d’expertise fondamentaux de la Manufacture: l’innovation absolue dans le domaine des grandes complications, avec la Master Grande Tradition Gyrotourbillon 3 Jubilee; la perfection de l’exécution au service de la performance, avec la Master Grande Tradition Tourbillon Cylindrique à Quantième Perpétuel Jubilee; et la pure performance dans le cadre des contraintes les plus exigeantes avec la Master Ultra Thin Jubilee, montre mécanique à remontage manuel la plus plate de la collection Jaeger-LeCoultre..

 Master Grande Tradition Gyrotourbillon 3 Jubilee

Troisième grande complication à être équipée d’un mouvement Gyrotourbillon, la montre Master Grande Tradition Gyrotourbillon 3 Jubilee offre deux premières mondiales: un nouveau ressort spiral non plus “seulement” cylindrique, mais sphérique; et la première grande complication à être dotée d’un chronographe à affichage digital instantané actionné par un monopoussoir !

MASTER GRANDE TRADITION GYROTOURBILLON 3 JUBILEE
MASTER GRANDE TRADITION GYROTOURBILLON 3 JUBILEE
Toutes les indications et fonctions de la Master Grande Tradition Gyrotourbillon 3 Jubilee cohabitent harmonieusement et en toute lisibilité à l’intérieur d’un boîtier qui ne fait que 15 mm d’épaisseur pour un diamètre de 43 mm. Directement inspiré de la grande tradition historique des montres de poche de la Manufacture, ce boîtier taillé dans du platine 950 extra-blanc (950 o/oo de platine et 50 o/oo de ruthénium) s’inscrit dans la lignée des montres Master Control mais a été retravaillé dans tous ses détails pour lui conférer un degré supérieur de raffinement esthétique. Sa lunette a été amincie et de légers galbes lui ont été apportés. Ses flancs sont satinés, sa lunette et ses cornes sont polies-. Le même soin décoratif a été apporté à la réalisation de son mouvement. Inspiré d’un mouvement de Jacques-David LeCoultre de 1898, ce nouveau Calibre Jaeger-LeCoultre 176 (21’600 alternances par heure, 50 heures de réserve de marche) est réalisé en maillechort. Ses ponts et sa platine sont “martelés à la main”, un processus long, précis, exigeant savoir-faire et dextérité, et qui respecte les critères les plus élevés de la plus pure tradition horlogère.

Le spiral cylindrique qui équipe la Reverso Gyrotourbillon 2 représente déjà un exploit technique et artisanal. Mais le nouveau et inédit spiral sphérique utilisé dans le mouvement Gyrotourbillon 3 représente quant à lui une véritable performance. Sa réalisation est une prouesse technique inédite qui a nécessité plus de deux ans de développement. Et quand on sait que deux jours entiers sont nécessaires à la réalisation d’un seul spiral sphérique, on mesure mieux l’extrême difficulté de la tâche qui fait appel à un savoir-faire unique en son genre, développé en exclusivité par la Manufacture. En effet, sa réalisation passe par l’enroulement progressif du ressort autour d’une sphère métallique qui va lui donner sa forme. Mais toute la difficulté est de parvenir ensuite à extraire le spiral cylindrique de la sphère sans toucher ni altérer la forme des spiraux eux-mêmes... Doté de deux courbes terminales qui lui confèrent une “respiration” parfaitement concentrique et régulière, il garantit des performances exceptionnelles, comparables à celles du spiral cylindrique mais offre en plus un spectacle esthétique assez inouï. Bleui, il vient se fixer au centre d’une roue de balancier en or 14 carats dont la couleur également bleue est obtenue grâce à un traitement très particulier. L’or est d’abord recouvert par traitement PVD d’une fine couche de fer ( moins de 5 microns) qui est ensuite oxydée dans un four, ce qui lui confère sa couleur remarquable.

Spiral et balancier bleuis viennent animer la double cage sphérique du mouvement Gyrotourbillon. Ces deux cages sont réalisées dans un aluminium d’un nouveau type. Le grand avantage de l’aluminium est son extrême légèreté (et l’on sait que la performance d’un tourbillon est directement influencée par la légèreté de sa cage) mais c’est un métal qui ne réfléchit que fort peu la lumière dans un environnement sombre. Pour éliminer ce défaut, un nouveau procédé a été mis au point qui passe par un traitement PVD permettant de recouvrir l’aluminium d’une très fine couche de palladium, suivi d’un traitement galvanique venant déposer une seconde couche de rhodium. Il en résulte une brillance tout à fait inédite. Le spectacle qu’il offre est encore accentué par la grande transparence dans laquelle il évolue. En effet, dépourvu de pont, ce mouvement Gyrotourbillon 3 volant donne l’impression qu’il flotte dans le vide et tourne comme en apesanteur.

La seconde particularité remarquable de cette montre Master Grande Tradition Gyrotourbillon 3 est sa fonction chronographe à affichage digital instantané, une première dans le monde des grandes complications. Les minutes se lisent ainsi dans un large guichet (4,5 x 3 mm) grâce à deux disques à saut instantané, un pour les unités et l’autre pour les dizaines. Ce guichet s’ouvre à l’intérieur du petit cadran indiquant les secondes du chronographe et situé à 9h. Au-dessus, on aperçoit parfaitement la roue à colonnes intégrée qui pilote la fonction chronographe. Sa mise en route et le contrôle des fonctions start, stop et reset du chronographe digital s’opèrent par un seul poussoir situé à 2h. Autre fonction, située à 3h, un indicateur jour/nuit orbite à l’intérieur d’une échelle circulaire des 24 heures. Au-dessus, surmontant le mouvement Gyrotourbillon, un cadran opalin animé par deux aiguilles bleuies indique heures et minutes.

 Master Grande Tradition Tourbillon Cylindrique à Quantième Perpétuel Jubilee

En 1889, lors de l’Exposition Universelle de Paris, Jaeger-LeCoultre (qui s’appelait alors Manufacture LeCoultre) reçoit une médaille d’or. Celle-ci récompense l’entreprise “pour l’usage d’un outillage à la pointe du progrès et la réalisation irréprochable de ses calibres compliqués, chronographes et répétitions.”

MASTER GRANDE TRADITION TOURBILLON CYLINDRIQUE A QUANTIEME PERPETUEL JUBILEE
MASTER GRANDE TRADITION TOURBILLON CYLINDRIQUE A QUANTIEME PERPETUEL JUBILEE

La reproduction de cette médaille d’or finement gravée figure sur la masse oscillante de la nouvelle montre Master Grande Tradition Tourbillon Cylindrique à Quantième Perpétuel Jubilee. Elle rappelle ainsi le rôle pionnier de la Manufacture mais réaffirme aussi symboliquement l’extraordinaire continuité de cet esprit novateur qui n’a jamais cessé de l’animer au cours de ses 180 ans d’histoire horlogère. La nouvelle montre Master Grande Tradition Tourbillon Cylindrique à Quantième Perpétuel Jubilee en est la parfaite illustration. Directement inspirée des sublimes montres de poche réalisées par la Manufacture à la fin du XIXe siècle, elle se présente dans un nouveau boîtier de 42 mm de diamètre pour 13,1 mm d’épaisseur, taillé dans du platine 950 extra-blanc.

La lunette amincie offre un plein dégagement à son très classique cadran en argent grené: fine minuterie traditionnelle, index bâtons, compteurs de la date (à 9h), du mois et de l’année (à 12h) et du jour encerclant une phase de lune (à 3h), s’ordonnent en toute limpidité au-dessus du tourbillon qui s’ouvre à 6h. Celui-ci est un tourbillon volant, donc dépourvu de pont supérieur, ce qui lui confère une transparence et une profondeur exceptionnelles. Cette transparence permet d’admirer au plus près les extraordinaires battements du rare spiral cylindrique qui en est le cœur. Mais il n’y a pas là qu’un spectacle, aussi raffiné et subtil soit-il. Grâce à son développement parfaitement isochrone, assuré par ses deux courbes terminales, ce spiral cylindrique d’une grande complexité de réalisation confère une précision de marche de très haute chronométrie au nouveau mouvement automatique Calibre Jaeger-LeCoultre 985 qui équipe cette montre Master Grande Tradition Tourbillon Cylindrique à Quantième Perpétuel Jubilee. Aussi innovant soit-il techniquement, ce garde-temps d’apparence si classique et si équilibrée semble ainsi avoir existé de tout temps.

 Master Ultra Thin Jubilee

En 1907, Jaeger-LeCoultre met au point le Calibre LeCoultre 145. Ne dépassant pas 1,38 mm d’épaisseur, c’est encore aujourd’hui le mécanisme le plus plat de la Manufacture. Il sera d’ailleurs fabriqué sans interruption jusqu’aux années 1960. En tout, seuls quelques 400 exemplaires de ce mouvement de légende seront produits à la Manufacture. C’est dire la complexité de la tâche.

MASTER ULTRA THIN JUBILEE & CALIBRE 849
MASTER ULTRA THIN JUBILEE & CALIBRE 849

A l’occasion de ses 180 ans, Jaeger-LeCoultre se devait de célébrer tout particulièrement son rôle pionnier dans le domaine des montres et des mouvements -ultra plats. Aussi fin qu’une lame de couteau, le boîtier étanche de la montre Master Ultra Thin Jubilee n’excède pas 4.,05 mm pour un diamètre de 39 mm. A l’intérieur bat le Calibre Jaeger-LeCoultre 849 à remontage manuel. Constitué de 123 pièces, il mesure seulement 1,85 mm d’épaisseur, est équipé d’un barillet sans pont et d’un échappement aux dimensions très réduites. C’est donc un des mouvements les plus fins au monde mais surtout, battant à 21 600 alternances par heure, il fait preuve depuis 1994 de qualités de marche exceptionnelles et d’une très grande fiabilité. Et il exige aussi un soin tout particulier pour son montage, son ajustement et son réglage très fin.

C’est à ce mouvement d’exception que la montre Master Ultra Thin Jubilee offre un nouvel écrin taillé dans du platine 950 extra-blanc. D’une pureté stylistique absolue, la montre arbore un immaculé cadran d’argent grené frappé de minces et très élégants index bâtons et parcouru par deux aiguilles bâton de la plus grande finesse. Sous la signature Jaeger-LeCoultre, figure la simple date “1833” décalquée, discret rappel de la date de fondation de la Manufacture.

Source: Europa Star August - September 2013 Magazine Issue