premiere


Montblanc - “Insuffler notre vraie passion horlogère”

December 2013



UNE INTERVIEW DE JEROME LAMBERT

Nommé au début de l’été 2013 à la tête de Montblanc, Jérôme Lambert a quitté la direction de Jaeger-LeCoultre et de A.Lange & Söhne pour s’installer à Hambourg, fief historique de la marque et centre de production de sa principale activité, les instruments d’écriture. L’horlogerie Montblanc reste quant à elle fermement installée en Suisse, obligeant le nouveau CEO à partager son temps entre le grand port hanséatique et les vallées du Jura suisse. Europa Star a réussi à attraper cet homme pressé mais serein au cours d’un de ses déplacements.

Jérôme Lambert, CEO of Montblanc
Jérôme Lambert, CEO of Montblanc

Europa Star: Vous avez récemment déclaré que “le catalogue de montres de Montblanc doit innover autant que le font nos instruments d’écriture.” Tel n’est pas le cas?

Jérôme Lambert: Montblanc, ce sont trois activités: les instruments d’écriture, qui pèsent environ 50%, la maroquinerie, à 25%, et l’horlogerie, à 25% également. Mais celle-ci est en très forte progression puisque notre activité horlogère a connu une croissance de 80% dans les 5 dernières années. Avec 200 personnes se consacrant désormais à l’horlogerie (ndlr: 800 pour les instruments d’écriture à Hambourg) sur nos deux sites, Villeret et Le Locle, nous avons tout en mains, la capacité humaine et la capacité technique, pour apporter créativité, inventivité à une horlogerie qui était sans doute encore un peu trop académique. Pour y parvenir, il nous faut utiliser à plein régime le lien entre Villeret et Le Locle, créer le plus possible de passerelles. Villeret, c’est un incroyable pôle d’excellence où se pratique une horlogerie d’exception. Imaginez un instant: Villeret ce sont 50 personnes pour manufacturer intégralement 50 montres de grande complication par an: ponts, platines, échappements, l’intégration y est complète dans le cadre de la pratique d’une horlogerie pré-industrielle, dont la qualité de finition manuelle est hors-pair. A seul titre d’exemple, un pont de tourbillon nécessite 1 semaine de terminaisons à la main! Villeret ce sont aussi 5 constructeurs horlogers qui échafaudent et conçoivent nos propres mouvements. C’est cette véritable passion horlogère, cette excellence, que je veux faire partager et infuser à l’ensemble de notre activité. Mon action se place sous un slogan qui la résume: “To share passion for watchmaking”.

Villeret
Villeret
Le Locle
Le Locle

ES: Vous avez également évoqué la nécessité d’un design plus marquant…

JL: Il faut que nous parvenions à mieux exprimer l’horlogerie selon Montblanc, d’une façon plus identitaire, certainement. Nous devons aussi mener une réflexion sur les tailles car jusqu’à présent nous étions centrés sur deux seules tailles. Il s’agit d’évolutions progressives qui vont toutes dans le sens de ce que j’appelle de la belle horlogerie. En parallèle, nous nous renforçons dans le domaine des complications: deux nouvelles lignes compliquées vont faire leur apparition au SIHH pour être livrées déjà au cours de l’année.

ES: Votre activité historique, les instruments d’écriture, n’est-elle pas en perte de vitesse à notre époque du “virtuel” connecté qui n’a plus guère besoin de belles plumes?

JL: Bien au contraire. Le stylo a certes perdu de sa fonction utilitaire, mais on constate paradoxalement un retour à l’écriture manuelle et, contrairement à ce qu’on peut imaginer, c’est un marché en croissance. Il existe un véritable besoin pour des objets qui perdurent, des objets qui prennent le contrepied de “l’obsolescence programmée”. Par ailleurs, un stylo, une plume Montblanc, ce n’est pas un luxe ostentatoire, c’est un luxe pour-soi. Cette notion de luxe pour-soi est aussi valable pour la montre.

ES: Mais pourquoi achète-t-on une montre Montblanc?

JL: Trois typologies principales de clients s’intéressent à nous pour des raisons différentes. Tout d’abord, il y a une clientèle traditionnelle Montblanc, qui aime à se plonger dans les différents univers de la Maison, dans le cadre d’un environnement de produits – écriture, horlogerie, maroquinerie - qu’ils retrouvent dans nos 250 boutiques en nom propre ou dans les 200 autres en franchise. Il y a une seconde typologie de clientèle qui, essentiellement dans le segment des montres de 2’000.- CHF à 5’000.- CHF, nous découvre chez les détaillants multi-marques et est séduite par la véritable originalité de notre offre. Enfin, essentiellement en ce qui concerne nos produits Villeret, il y a des collectionneurs et des passionnés qui apprécient nos montres compliquées, à l’image du succès de notre chronographe mono-poussoir. Cette clientèle, en elle-même déjà répartie entre plusieurs versants et approches complémentaires de l’horlogerie, se répartit aussi géographiquement de façon tout à fait équilibrée entre l’Asie (1/3), l’Europe (1/3) et le reste du monde tout confondu (1/3).

ES: En termes de communication, Montblanc joue différemment que bien d’autres, en misant notamment sur la culture, les arts…

JL: Rien là que de très naturel. La plume, c’est l’écrit, la littérature, et plus largement le monde culturel et artistique. Il n’y a aucune raison à en changer, c’est un territoire qui nous est légitime de plein droit. Mais nous allons lancer une nouvelle campagne dès le mois d’avril qui va insuffler un nouveau dynamisme. En tant que “structure faîtière” le monde Montblanc va être le ciment de cette campagne.

ES: En quoi les origines allemandes de la marque influencent-elles le style d’horlogerie Montblanc?

JL: Je pense qu’essentiellement, on retrouve toujours une certaine forme de pureté stylistique. Et aussi un amour de la belle technique, une volonté de donner de la consistance au produit.

ES: En termes de produits, à quoi peut-on s’attendre lors du prochain SIHH?

JL: Nos produits vont démontrer les ambitions qui nous animent, dans un spectre bien différencié mais très identitaire. Mais c’est un processus que nous menons et qui n’est qu’enclenché. Ceci dit, à titre emblématique du profond savoir-faire de nos ateliers de Villeret, je citerai l’Exo Tourbillon Rattrapante, un garde-temps qui cumule chronographe à rattrapante, second fuseau horaire, indicateur jour/nuit, dans un cadran régulateur or et émail grand feu. Il insuffle aussi une rupture esthétique et technique, avec un balancier placé en périphérie de la cage du tourbillon. C’est cette passion profondément horlogère que nous voulons faire souffler dans l’ensemble de nos collections.

Exo Tourbillon Rattrapante
Exo Tourbillon Rattrapante
Montblanc a participé cet automne à la première version du salon Watches & Wonders, organisé par la FHH à Hong Kong. A cette occasion, la marque a présenté une montre fort intéressante, directement liées au monde chinois: la Montblanc TimeWalker World-Time Sinosphere.

MONTBLANC TimeWalker World-Time Sinosphere

Based on the Hemisphere world-time watch, which was launched earlier this year, the Montblanc TimeWalker World-Time Sinosphere depicts all 24 time zones at a glance for the Northern Hemisphere. But exclusively on the World-Time Sinosphere, the UTC +8 time zone (which is the China Standard Time, in other words the one and only official time zone for 1.3 Billion People) is not signified by Beijing or Hong Kong (as on most other world-time watches), but by the word “CHINA” clearly printed in red. The specialness of this new timepiece is also evident in the design of its dial, the centre of which is occupied by a gleaming red gold appliqué depicting a map of China surrounded by the pale grey contours of its neighbouring land masses. Rotating around the Middle Kingdom is the entire world, or rather the world-time ring with its 24-hour scale which, using red for nighttime hours and grey for daytime hours, shows the hour and the time of day or night in whichever zone is oppositely positioned along the dial’s periphery. A red gold plated sword-shaped hour-hand and minute-hand, each with luminous coating, sweep above this scene, as does a slim counterpoised second-hand.

Source: Europa Star December - January 2013/14 Magazine Issue